vendredi 17 mars 2017

PAS UNE GOUTTE DE TROP - PASCALE DEHOUX





L’image contient peut-être : 1 personne
Dima Dimitriev





Nuit tombée ~
Les jonquilles s'évanouissent
dans leur parfum


*
 

Mas abandonné ~
L'amandier ne fleurit
que pour lui-même


*
 

Présidentielles de mai ~
Le coup d'état
des pâquerettes


*
 

Soir d'ennui ~
Quarante huit petits pois
dans mon assiette


*
 

Jour sans vent ~
Le soleil repasse
les fleurs


*
 

Deuxième averse ~
Il pleut
sur la pluie


*
 

Bruine de printemps ~
Le chant du merle
pour parapluie


*
 

Doux réveil ~
Il réclame une caresse
le bouquet d'iris


*
 

Rideaux ouverts ~
Un baiser de lumière
sur les anémones


*
 

Chants d'oiseaux ~
J'écoute la mandoline
du petit matin


*
 

Crépuscule ~
Le bouquet de pensées
vient de s'éteindre


*
 

Jardin ~
Je plante de la Misère
au soleil


*
 

Terrasse ~
Je m'appuie
contre le soleil


*
 

Jour sans vent ~
Les jonquilles balancent
par habitude


*
 

Rues lentes ~
Deux cannes promènent
leurs deux petits vieux


*
 

A mes côtés
comme un vieux marié
mon courage


*
 

Fin de l'orage ~
J'étends mon linge
et le ciel son taffetas


*
 

Pluie soleil pluie ~
Le ciel ne sait plus
comment s'habiller


*
 

Tempête de mars ~ Des vagues de vent mouillent mes fenêtres


*
 

Soir de mars ~
La nuit tombe plus lentement
qu'un pétale


*
 

Dans l'âme liquide
d'une flaque
se regarder


*
 

Câlin de mes chats ~
Autour de mon cou
leur collier de pattes


*
 

Si proche
et si lointaine
la lune à mon carreau


*
 

Printemps ~
Au jardin naissant
ma fleur de l'âge


*
 

Ciel lumineux ~
Devant tant de beauté
mon épaule se découvre


*
 

Marchand de sable ~
Cette nuit j'ai dormi
toute une plage


*
 

Étreinte ~
Entre l'arbre et moi
mon écorce



*
 

Mal à l'épaule ~
Le cataplasme
du soleil


*
 

Printemps humide ~
Février promène
son chien mouillé


*
 

Pas une goutte de trop ~
Une pluie
à la Glenn Gould


*
 

Grisaille ~
Marchant dans la ville
je n'ai plus d'ombre


*
 

Pluie dehors ~
Ma journée toute entière
à l'abri d'un poème


*
 

Jour de grisaille ~
Seule une orange
éclaire la cuisine


*
 

Longue pluie ~
Les pierres du jardin
fondent un peu


*
 

Fleurs d'amandiers ~
La brise emporte
des abeilles roses


*
 

Printemps ~
Même ma pizza
ressemble à un jardin


*
 

Soleil doux ~
Qu'il est fringant ce printemps
de cinq milliards d'années


*
 

Dimanche matin ~
Dans le gosier un café
et une chanson


*
 

Portée à fleur d'épaules
une cape
de soleil


*

Persiennes ~
Sur la table
des tranches de soleil





Pascale Dehoux

 

jeudi 16 février 2017

CE VIEUX RHUM - CHRISTIAN COSBERG





Jean-Claude Götting







je rêve encore
d’un chemin qui se perd
dans les herbes folles




à l’évidence
tu es ce chemin
qui me traverse…




tisserands
au fil de l’autre doucement
se relier au fil de soi


*


arbouses
à défaut de la lune
je décroche
quelques planètes rouges


*


au matin
plein ouest
la lune
grosse de tous les rêves




trois pas de danse
pour éviter
l'enfant qui joue


*
 

tout l’or du couchant
braqué
par une bande de corneilles


*
 

après la pluie
la rivière chante
de toutes ses forces


 *


si seulement l’hiver
n’était que l’hiver
la pluie dehors




malgré la pluie
la neige ne quitte pas
la tête du vieillard


 


radio éteinte
le petit matin reprend
des couleurs


*


parfois la vie est belle
quand on se raconte
des histoires…


*


ton rire
et tes sourires
mes habits d’hiver


*


dans ses yeux
la promesse
d’un chemin


*


en bas
ce bruit de sources
- des enfants qui rigolent


 *


mine de riens
le quotidien
et ses pépites...


*


millefeuile
ah, les romans
pâtissiers !


*


ce soir
le froid partout
où tu n'es pas


*


nuit d'hiver
je suis ce vagabond
aux rêves de paille





minuit
au coucher se réveille toujours
un peu d'enfance


*

 

le menu ne varie guère
encore une tranche
de matin froid


*


 
prendre des gants
pour parler
du temps



*

 

fin de soirée
plus qu'une bougie
au fond d'un verre
qu'une petite valse d'ombres
dans le salon désert



*

 
à petits pas
sur les trottoirs ivres
de glace



*


un peu inquiet
de ce bruit de roulette

du dentiste russe…


*



pages blanches
sur l’histoire endormie
toute cette neige à déblayer


*


nuit de givre
suspendus au bon vouloir
des étoiles filantes



*


miss météo
un grand froid entre
elle et moi



*


les filles trop légères
finissent toujours
par s’envoler…


*


à force de lui tourner autour
qu’est-ce que la lune
sait de la terre ?


*


journée d’hiver
mon tête à tête
avec une fleur


*


brumes
il faut du temps
pour y voir clair



*
  

tondeuse
une machine à remonter
les tempes


*


matin frisquet
la neige éblouissante
des fleurs d’amandier



*


un morceau de nuit
jeté sur les épaules
les collines s’estompent



*


tous les carreaux
éclaboussés
de matin bleu


*


au carrefour
un goéland s'improvise
agent de la circulation



*


portière claquée
plus que quelques mètres
de nuit froide



*


d'un baiser
lui voler ce mot
qu'elle a
sur le bout de la langue



*


aujourd’hui
tant de monde
au bord de l’amer…



*


fin d'après midi
enfin le soleil trouve le temps
pour passer nous voir



*


tout s’explique
né la même année
que Gaston Lagaffe



*



quelques gorgées
de ce vieux rhum dérobé
au temps qui passe





Christian Cosberg






samedi 28 janvier 2017

UN AIR DE VIEUX PIRATE - GERARD DUMON









marche matinale
mon ombre
précède mes pas





*





courant d'air
un fleur de fushia
rentre au salon





*





bientôt l'orage
le vent disperse l'odeur
d'un feu d'herbes





*





brume épaisse
un fantôme n'y trouverait
pas ses petits





*





humeur printanière
jusque dans ses pupilles
l'or du pissenlit





*





un air de vieux pirate
penché sur son trésor
-mamie et ses boutons





*




un sac de billes
éclate au soleil
vacances d'automne





*





ciel comateux
un merle officie
dans les arbouses





*




heure d'hiver
une heure de plus
pour penser à toi





*




sur le verre
une trace de rouge à lèvres
photo du défunt





*





3 novembre
il se gare en double file
devant le cimetière





*




feuilles mortes
sur le sol l'esthétique
du désordre





*





cinq ans après
cherchant toujours l'interrupteur
du mauvais côté





*





11 novembre
près du monument frissonne
la vigne vierge



*



11 novembre
deux pompiers devant la porte
calendriers 2015...





*

 



balade sous la pluie
l'odeur des feuilles mortes
m'accompagne





*




quelques pas dehors
mon soulier droit plus serré
que le gauche




*




souffle des vagues
les pas se font lourds
les pensées flottent




*




mondialisation
un bicorne impérial
au pays des nems





*





et M.... !
mon bras encore trop court
péage d'autoroute





*





danse country
sur le tapis de feuilles
un quadrille de poules






*




poils et piques
le chat tout hérissé
face au hérisson





*





journée grise
un temps de mandarines
et de chocolat





*





ballet de mouettes
en choisir une et longtemps
la suivre des yeux





*





pluie glaciale
dans le verger la solitude
d'une échelle





*





une barbe à papa
reluque une pomme d'amour
marché de Noël





*





fin d'automne
lentement le jardin
enfouit ses couleurs
 


*



grisaille du ciel
dans la haie la mort discrète
des ipomées





*





ciel de cendre
perchés au plus haut
deux corbeaux





*





une antenne télé
sur l'escargot devant moi
camping car





*





fin d'automne
devant la glace elle surveille
ses cheveux blancs







Gérard Dumon