samedi 14 juillet 2012

Futur Antérieur, Surnaturel

   
   Surnaturel : quel mot à la fois naïf et absurde.
   Les choses ont lieu ici et partout, maintenant, donc hier et demain, d'une façon originale et définitive, issues d'un vouloir global dont nous ignorons tout et qui nous pousse de place en place, à l'image des pions sur un échiquier...
   On est mené !
   Il faut se nourrir, autrement dit absorber une vie carnée ou végétale, elle-même en demande d'aliments.
   On est mené, oui ; le grand trou noir comme les autres, qui doit avaler, à bas bruit, une galaxie par-ci, une autre par-là, dans une lente majesté, sur un épais tapis d'années-lumière ; à la suite de quoi, digestion faite, il déjecte un océan de souillures, comme tout le monde vraiment, sachant bien -et nous l'aurons déjà dit ailleurs qu'ici- que ce terme de "monde" pris à l'envers donne "démon" et que l'envers après tout, n'est jamais que le simple pendant de l'endroit...

   Ce qui "est" l'est, l'était, le sera, acté et patent, au sein de la seule nature, celle-ci productrice de tous les contextes et autres combinaisons.
   La surnature est la veuve d'un vide qui n'a jamais vécu et qui ne peut avoir de lieu où naître puisque jamais il ne sera.
   L'insolite lui-même obéit à des lois.


   Et là où le naturel pointe l'inexplicable, le surnaturel regorge d'inexistant.
   Partout le débours se fait sans aucune remise.
   Le passé, pour sa part, restant imprévisible puisqu'il ne finit pas.
   Aussi le futur ne sera-t-il jamais qu'antérieur !


Roch-Gérard Salager 
Encres de Jean-Michel Marchetti

1 commentaire:

  1. Un beau texte de littérature quantique...

    ...il n'y aura jamais que du présent...

    Phil

    RépondreSupprimer