jeudi 12 juillet 2012

MIDI

Midi. L'ombre fond au soleil
et le monde s'évapore dans le ciel.
Midi. La fontaine oublie de couler
et le glas sonne lourd et muet.
Midi. Le soleil est sur ma tête
et soudain tout s'arrête.

Assis, j'attends, j'attends
dans tout ce blanc.
Et à midi, je pars.
Pas de paquets, pas de bagages,
j'abandonne tout, sans raison,
pour un monde transparent,
pour un monde sans age...




Jean-Luc Viala
                                                                                                                                                                Source photographique : akvis.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire