jeudi 9 février 2012

Me llaman calle




   Depuis le choc Clandestino de 1998, nous connaissons tous Manu Chao, "citoyen du présent" comme il le revendique. Ses chansons et sa musique bigarrée, aux rythmes lancinants, sont entrées en nous, elles se sont nichées  dans notre mémoire,  elles nous rappellent un moment de bonheur et d'espérance. Quoi de mieux, par ce très grand froid, que  l'humanité de Manu Chao pour nous réchauffer le cœur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire