vendredi 16 mars 2012

FOEHN





Le foehn frivole fait frémir
le foc qui faseye
et force le friselis frais
de la risée folâtre ;

Fuyant franchement les contreforts
le frêle esquif fend les flots
et fuit déjà la fête des filles en fleurs
d’où fleurissent les frissons fous
de leurs falbalas affriolants ;
les fiancées fragiles
frisées de folles fleurettes
fendent la foule affairée
leurs fanfreluches frivoles se fripent
de feuilles affolées ;
déjà leur front fiévreux se fronce
sous la fuite des fandangos fanés
et le vent fripon festonne leur jupe fendue
qui frétille sous la frange des ans
les fifres affaiblis se fanent futiles
et les figuiers fragiles
se figent enfin du vent qui se fatigue.


…Fin !




 Jean Gelbseiden


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire