jeudi 8 mars 2012

La fin




C'était la fin. Oui, bel et bien la fin. Ils s'étaient tous battus de façon héroïque, sûrs de leur victoire finale, sûrs que le bien finirait bien par l'emporter, comme d'habitude, sur les ténébreuses forces du mal.

De toute éternité, cela s'était toujours passé ainsi, comme le racontent les
récits anciens. Le bien avait toujours vaincu le mal, ne serait ce qu'au dernier moment.
 

Les ténèbres avaient envahi la presque totalité de la terre. Le royaume de l'ombre allait livrer sa dernière bataille. Toutes ses forces maléfiques unies contre le dernier carré d'irréductibles.

Ces derniers ne purent rien faire devant le torrent de haine et de violence
qui se déversa sur eux. Oui c'était la fin. Le mal avait fini par avoir raison du bien et à l'emporter.

Le soleil n'était plus qu'un immense trou noir, la terre infestée de marais
et de fumées, d'animaux et de créatures maudites. Il n'y avait même plus de vent, même les atomes semblaient morts et pétrifiés. Il n'y avait presque plus d'atmosphère, et un froid sidéral régnait partout.

Le maître du mal, fêtait avec ses créatures sa victoire au rythme maudit de
danses sataniques.

Qu'est ce que qui aurait bien pu désormais inquiéter le maître, qu'est-ce qui
aurait bien pu lui faire peur, à lui, le maître de la peur.

Pourtant, son cri atroce résonna sur l'ensemble de la planète, son écho
rebondissant entre les montagnes résonant mille fois plus que le tonnerre.

Un oiseau avait sifflé dans le noir. Un léger vent chaud qui bruisse sur le
feuillage d'un arbre, des millions de feuilles qui chantent leur bonheur de retourner à la vie.

L'Univers, en danger devant ce déséquilibre qui le menaçait avait décidé de
redonner aux choses leur ordre normal. Le mal ne peut exister qu'à travers le bien et vice versa. Si l'un vient à disparaître, l'équilibre est rompu.


François Milhiet

1 commentaire:

  1. J'aime bien ce texte, on pourrait y être (je veux dire, on voit bien la scène)..
    La photo est très jolie aussi; Toute en retenue dans ses couleurs, son sujet
    Bel ensemble

    RépondreSupprimer