lundi 26 mars 2012

Marges déclives





 Marges déclives.

   L'immuable entoure ce que l'éternité sauvegarde ; ou bien
rajeunit.

   L'éternel : ça même qui change sans jamais finir.
   (La possession hors la soif du désir.)
   L'immuable : cela qui refuse tout changement au risque de
 périr.
   (La soif du désir sauve de toute possession.)

   Ce que l'on trouve n'est que trop rarement ce que l'on cherche
et le mot que l'on croit juste finira par fléchir, ou bien se révolter.

- Ultimes vêpres, là-bas, à jamais seules, sous les acacias, et
dont l'écho effeuille le calcaire.

                                                                          
Roch-Gérard Salager
Extrait de Futur Antérieur, aux éditions La Dragonne
*Claude Monet, Cathédrale de Rouen, l'après-midi. 1894.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire