lundi 5 mars 2012

ME VOICI



Me voici
Arbre écorcé
Revêtu seulement d’ailes inconnues*
Frissonnant sous la douleur du jour.

Me voici
Arbre à peau nue
À la merci de l’incertain glas de mort.

Me voici
Tout inquiet des frimas, des insectes
Et du mauvais vent.
Me voici songeant aux tempêtes à venir

Me voici
Tout tremblant de soleils futurs
Du bourdonnement des serins
Des rosées suspendues
Aux toiles d’araignées,
Enfin tranquille,

Le bûcheron est mort…


Jean Gelbseiden

*première phrase d’un poème de Yannick Girouard

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire