mardi 20 mars 2012

Tout regard est exil


   Tout regard est exil.
   Et nous avons déjà blessé tant d'anges...
   Puni l'abeille, effrayé le moineau !

   Le Dire et le Lire : le premier sort du corps quand le second
y entre.

   On ne devrait écrire que les jours de fête et, comme de juste,
sur du papier de gala.

   Quelquefois l’Écriture masque ce qui n'a pu être aboli et que
le futur a déjà restitué, après de lourdes pertes.

   L'oubli éclaire ce que nous sommes, le souvenir nous conduit
 là où nous devons demeurer.



Roch-Gérard Salager
Extrait de Futur Antérieur, éditions La Dragonne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire