mardi 10 avril 2012

Stan Getz et joao Gilberto, ô ma douce douleur !




    1963, le jazz prend des accents brésiliens avec ce magnifique album Getz-Gilberto. Qui n'a pas succombé à  Corcovado ou à O grande amor, à Desafinado ou à The girl from ipanema ? Depuis , ces chansons, cette musique ne cessent de nous trotter dans la tête. Sublimes douleurs !




 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire