lundi 21 mai 2012

La tête emplie de mandoline





restaurant italien
pour entrer
montrer pâte blanche

*
cristal de Murano
décor tremblotant
surtout ne pas souffler la bougie

*
 ici
plus que des mets raffinés
nos yeux amoureux

*
chaque table
est une île
peuplée d’inconnus

*
dans nos bouches~
des mots tendres
comme des ravioles

*
un chemin de table
nos mains
réunies

*
le temps suspendu
un peu d’Italie
dans nos coeurs

la fraicheur
en sortant

*
averse soudaine
rires et cris mêlés
couple en fuite

*
sous un porche
réfugiés
en quelque sorte

*
passe une fille à vélo~
un gros chien
dans son sillage

*
sur l’avenue
le chuintement mouillé
des voitures qui jazzent

*
ne plus attendre
braver la pluie
rentrer chez soi

la tête emplie
de mandoline 




Christian Cosberg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire