jeudi 17 mai 2012

Les Haïkus de Phil






Pour apprécier les senryus suivants, il faut avoir à l’image, une classe de 34 enfants de cinq ans dans un coin reculé des Cévennes. Ils sont là pour une semaine, répartis en sept chambres.
Pour les nuitées, les garçons et les filles sont séparés. Le reste du temps, ils partagent quatre ateliers (instruments de musique verte, maquette, botanique et poésie verte) et des instants de découverte sensorielle. La veillée est après le repas du soir un autre temps fort. La vie sociale est réglée autour d’un permis à point, quotidiennement mis à jour.




A la queue leu leu -
une simple corde
attachée à une branche


*

en classe verte
elle aimerait rester
toute sa vie

*

avant l’orage
la fillette écrit un haiku
d’avant l’orage

*

robes de princesse
sur les pyjamas, nus pieds                       
elles dansent

*

bal des petits -
l’accordéoniste
et ses figures de farandole

*

cinq jours de pleine nature
pas une seule bagarre

*

avant l’orage
l’herbe de plus en plus
froide

Anaëlle ( 5 ans)
   



avant l’orage
comme il semble gai
le rossignol

*

semaine brève
comme une floraison
d’iris

*

classe de nature -
les rares coquelicots
sont cueillis

*

trempés
après la balade
de pluie et de joie

*
lisant le courrier
à quelques enfants –
le maître a des larmes

*

sorti de sa boîte
le diablotin*
passe de mains en mains

  • diablotin ou empuse, mante religieuse cornue.

*

donner chaque soir
trente quatre baisers magiques
sur les deux joues

*
710 photos
même leur sommeil
est mis en image

*


le soleil descend –
il avale les petit pois
un à un


*

assis dans les herbes -
au poker d’insectes
tous victorieux

*


après le repas
s’échangent clandestinement
leurs brosses à dents

*

j’entends dire :
« dans la nuit on ira
déshabiller les garçons »

*

à peine la dernière
lumière éteinte
tous endormis

*

désirant la sieste
pour aller boulotter
des bonbons

*

du scorpion
- on se l’ait promis -
on ne parlera pas aux parents

*

(au bord de la route)
tendant le pouce
quelqu'un qui me ressemble





Philippe Quinta

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire