vendredi 4 mai 2012

Pour que la France et l'Europe changent de cap !



   Ce qui est terrible parmi toutes les choses terribles c’est de ne pas comprendre que l’heure est à l’union nationale, que l’heure est à la mobilisation de toutes les énergies et de toutes les intelligences face à la guerre que nous devons mener pour sauver la République, l’Europe et l’âme européenne. Cette politique de l’union et de la mobilisation de tous, cet effort immense ne peut réussir que dans la justice et la solidarité. C'est-à-dire une voie diamétralement opposée à celle que la France et l’Europe ont suivie jusque là. 
   L'ultralibéralisme nous à mené là ou nous sommes, au bord du précipice, certains pays, Grèce, Portugal, Espagne, Italie,  dévalent déjà les pentes abruptes de la récession, de l'austérité et du chômage. Suivre les recommandations que préconisent les bons docteurs ultralibéraux  c'est à coup sûr continuer de s'empoisonner et hâter notre fin. Il n'y a pas d'autre alternative que celle de changer les règles et espérer éviter le chaos où de ne rien changer et sombrer à coup sûr.
   Nous allons en toute vraisemblance changer de président de la république au cours de ce dimanche 6 mai 2012, c’est une chose qui, au vu des orientations politiques et des dangereux discours de Nicolas Sarkozy, s’avère indispensable pour que le cap ait une chance de changer en France et en Europe. Cette chance, il ne faudra pas la gaspiller, c’est une des toutes dernières si ce n’est  la dernière que nous aurons face au chaos qui menace. Si, avec François Hollande, cette fois-ci, nous ne sommes pas capables d’inventer l’avenir pour la France, pour l'Europe et avec l'Europe, de trouver des solutions à chacun de nos problèmes vitaux, alors le passé repassera les plats, les plats indigestes des dictatures de droite ou de gauche qui, pour notre malheur, ne seront pas uniquement économiques…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire