vendredi 11 avril 2014

TOUS FEUX ÉTEINTS


Autos de mon enfance, Christian Martel


   Rien ne s'était passé comme prévu, c'était même un miracle de se retrouver vivant, traversant la nuit vers une hypothétique planque, quelque part dans le sud. Son épaule lui faisait mal mais ce n'était qu'une éraflure. Au fur et à mesure qu'il s'éloignait de la ville, que la campagne dressait la masse noire de ses collines mangées de sapins, l'angoisse refluait. Les flics n'avaient pas eu le temps de dresser des barrages. De toute façon il avait déjà franchi les frontières de deux états mais il ne voulait pas baisser la garde, pas encore. S'il roulait toute la nuit, il atteindrait la côte au petit matin. Pour l'heure, le plus urgent, c'était de trouver de l'essence, de ne pas tomber en rade au milieu de nulle part...

Texte de Christian Cosberg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire