vendredi 14 décembre 2012

Une nuit d'été, récit en 12 haïkus



 
 
passé la colline
les clameurs de la fête
s'estompent
 
 
*
 
 
il est cette ombre
qui s'enfonce
dans les hautes herbes
 
 
*
  
 
couper
à travers champs
une vieille habitude
 
 
*
  
 
sur la route
mangée d'ombres
le silence enfin
 
 
*
  
 
à un moment
rien d'autre
que la nuit
 
 
*
  
 
plus de temps
plus d'espace
la nuit
 
 
*
  
 
au loin
une lumière tremblée
mesure les ténèbres
 
 
*
  
 
revenir
chez soi
la seule quête
 
 
*
  
 
des bruits d'ongles
sur le bitume tiède
son chien
 
 
*
  
 
devant la porte
ses parents
refont le monde
 
 
 
 
à l'étage
sa sœur endormie
son souffle léger pulse la nuit
 
 
*
 
 
un grand verre d'eau
plus tard
~il s'endort
 
 
Christian Cosberg
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire