mardi 31 décembre 2013

La semaine de Noël



de ma paume
je tâte la tourte chaude -
repas de Noël

*

rivière ambrée -
sur le chemin mon chien
me devance

*

l'arbre couché sur le chemin
à mon retour
on l'a coupé

*

dernier de l'avent -
mes enfants s'amusent
au " premier qui touche "

*

sur le même chemin
mon chien
chie trois fois

*

vieille ou récente
mon chien lape
les flaques d'eau

*

quand sa peau se détache
peler la clémentine
un régal

*

longtemps après l'avoir mangée
le parfum de la clémentine
au bout des doigts

*

loin des j'aime
et des j'aime pas
grisaille des arbres

*

la bière d'abbaye
à triple fermentation
me transporte

*

au lieu d'une sieste
avec ma femme
je fais une belle miche de pain

*

chemin du lac -
lierres et branches mortes
tressent des arches

*

pas à pas
sous un grand chapeau de brume
quelques pensées

*


chemin du lac
devant, derrière
des pas de pluie

*

Noël pluvieux
le père et le fils
en désaccord

*

pluie de Noël -
les tambourins de feuilles mortes
rythment mes pas

*

je marche
jusqu'au village d'en bas -
la pluie m'accompagne

*

sentier des rives -
mon chien poursuit un chevreuil
perdu d'avance

*

au cri d'un corbeau
se lève la brume -
sentier des rives

*
Noël pluvieux
le jeune maçon
a des doigts de fée



Philippe Quinta

 

mercredi 25 décembre 2013

mardi 24 décembre 2013

Ces jours-là




Ces jours-là
Des tambours battent à nos tempes
Nous sommes des torrents d’écume rouge
D’où déferlent des pirogues chargées de guerriers
Et si d’aventure le flot se calme
C’est que la plaine s’est faite en nous
Et que l’attente va se nourrir
De chants et de danses
Mais Dieu
Qu’il est dur
D’endurer ton absence



Laura Breitwieser

samedi 21 décembre 2013

mardi 17 décembre 2013

Le monde selon Bacon




Francis Bacon - Autoportrait




chaussée mouillée
les reflets colorés
d'un monde de traviole

toute l'avenue
est une toile de Bacon
 
 
Christian Cosberg
 
 

jeudi 12 décembre 2013

CHALEUR


Le soleil transpire
et s'ennuie
le lointain tremble
se brouille et s'évapore
sans bruit
tel un mirage.
Un papillon blanc
lance des pirouettes rapides
suspend son élan
titube
          trébuche
                          de fleur
                                        en 
                                               fleur
puis d'un vol emphatique
il s'enfuit
telle une hallucination.
Chaleur
ivresse
paresse.
Le vent ne bouge plus
le musc n'embaume plus
tout s'endort
tout disparait
images
temps
photos
souvenirs.
Plus rien
       rien
       sauf
un coin de symphonie où habite l'oubli



Jean-Luc Viala

l'été, 1874, Claude Monet   [Public domain], via Wikimedia Commons

lundi 9 décembre 2013

Caché dans la lumière






les braises plus éclairantes que la télé
 
*
 
vent glacial - sur la route le grand galop des feuilles mortes
 
*
 
pain chaud- décoiffer á la hâte le pot de confiture
 
*
 
devant le feu qui meurt pères et mères s'endorment
 
*
 
premier tour de table - à chacun sa façon de jeter les dès
 
*
 
petit matin - un chant d'enfant réveille la maison
 
*
 
le vent s'apaise la gelée se dépose en douce
 
*
 
onze bougies - cadeaux et gâteau impatients
 
 
 
 
Philippe Quinta
 

samedi 7 décembre 2013

Drôle de tram





dans le tram
une jeune femme ma tricote
un sourire

les aiguilles tournent
mais le temps s'arrête








Christian Cosberg

 

vendredi 6 décembre 2013

Collant noir





le collant noir
troué
de la belle inconnue

une lune blanche dans la nuit
de ses jambes croisées













Christian Cosberg


mercredi 4 décembre 2013

Ice cream et chat tu mens





matin de décembre
j'ai de plus en plus de mal
à me reconnaître






Ice cream et chat tu mens - Texte de Christian Cosberg




lundi 2 décembre 2013

Dans la lumière du monde





passer de l'ombre
à la lumière
juste pour voir



Dans la lumière du monde  - Texte et photo de Christian Cosberg


 

samedi 30 novembre 2013

Haïku de froid






grand froid -
le petit feu de bûches
le tient à distance

*

matin d'hiver -
l'espoir qu'il y ait des flammes
en paradis

*

le vol d'étourneaux
depuis ma maison
je l'entends qui passe

*

aujourd'hui
sans raisons précises
la joie d'être en vie

*

en s'embrassant
elles s'enflamment
les deux belles bûches

*

une araignée saute
de la bûche en flammes

*

toutes mes pensées
bonnes ou mauvaises
je les jette au feu






Philippe Quinta  

 

jeudi 28 novembre 2013

Une flambée jazz





pas de cheminée
mais du jazz
qui fait feu de tout bois







Jazz à Porquerolles
  Chucho Valdes et Archie shepp : Afro-Cuban project



ARCHIE SHEPP - saxophone
CHUCHO VALDÉS - piano
CARLOS MANUEL MIYARES HERNANDEZ - saxophone, ténor
REINALDO MELIÁN ALVAREZ - trompette
LÁZARO RIVERO ALARCÓN - contrebasse
YAROLDY ABREU ROBLES - percussions, congas
DREISER DURRUTHY BOMBALÉ - voix, tambour Batà
JUAN CARLOS CASTRO ROJAS - batterie


1. Stela va a stellar (Chucho Valdés)
2. The stars are in your eyes (Archie Shepp)
3. Yansa (Chucho Valdés)
4. Mambo influenciado (Chucho Valdés)
5. Revolution (Archie Shepp)

mercredi 27 novembre 2013

lundi 25 novembre 2013

Braquage dans une supérette





supérette
je braque le sourire
de la caissière





soleil d'hiver

toute une fortune scintille
sur la mer étale





la morsure du vent 
le jeune hiver 
se fait les dents





corbeille à pain
des jours anciens
que des miettes





Christian Cosberg


mercredi 20 novembre 2013

La flambée d'un trio de guitare





dimanche gris
sauvé par la flambée
d'un trio de guitare







Méditerranean Sundance, Paco de Lucia, Al di Meola et John McLaughlin in Friday Night in San Francisco

mardi 19 novembre 2013

Le sourire de Marie





douze novembre
son visage
au bout du chemin




Le sourire de Marie - Texte et photo de Christian Cosberg


jeudi 14 novembre 2013

Rothko tout là-haut






l'éternité c'est long
Rothko n'a jamais
arrêté de peindre






Rothko tout là-haut - Texte et photo de christian Cosberg




mercredi 13 novembre 2013

Chambre haute






Edward Hopper réenchanté en 8 courts-métrages sur Arte


 
 
chambre haute -
montant vers moi des voix
qui me sont chères


*
allumer un feu
son premier beau geste
au saut du lit


*
si souvent unies
qu'elle se confondent
la chatte et la couette


*
sur le cable téléphonique
l'écureuil
ne passe plus


*
surplombant l'escalier
l'icône
prend la poussière



Philippe Quinta 


lundi 11 novembre 2013

samedi 9 novembre 2013

Penser en noir et blanc






pensée binaire
elle fait valoir
son droit d'ânesse





signe de croix
en montant sur le ring
puis multiplication des pains




10 ~
sur le ring
dormir à poings fermés


 


Christian Cosberg


jeudi 7 novembre 2013

Fenêtre sur cour





fenêtre sur cour
chaque soir
un nouveau spectacle




Fenêtre sur cour - Texte et photo de Christian Cosberg



mardi 5 novembre 2013

Sunset Airways






souvent
juste avant la nuit
je pars en voyage




Sunset Airways 1 - Texte et photo de Christian Cosberg





soleil couchant
mon regard s'envole
aussi loin que possible



Sunset Airways 2 - Texte et photo de Christian Cosberg



Tableau de maître







chaque soir
sous nos yeux
des tableaux de maître




Tableau de maître - Texte et photo de Christian Cosberg


samedi 2 novembre 2013

Le temps des sorcières





premiers frissons
voici venu le temps
de l’entre deux

avec le feu nous reprenons
notre vieux tête à tête






devant toi
le feu
ne peut que craquer







la mer au bout du chemin
mon regard
déjà au milieu des vagues



 



marché d’Halloween
le petit monstre
ne porte pas de masque






Toussaint
même l’été indien est mort
et enterré







Christian Cosberg 



jeudi 31 octobre 2013

La grâce du peu





   L'informel fut-il bordé de signes...
   Et ce froid permanent dans le berceau des choses.
   Aussi, par le jeu, les jeunes morts lancent-ils des cerceaux dans le ciel...
   A l'instant où un étranger aima une passante.

   Mais avant de fabriquer une nouvelle langue,
   longtemps, n'aurait-il pas mieux valu chanter...

   A lui seul le silence requalifie les formes dans le dépassement des nombres et la grâce du peu.




Roch-Gérard Salager
Extrait de Peut-on vivre si loin...aux éditions La Dragonne


lundi 28 octobre 2013

Ministère du leurre




Salvador Dali, Montre molle, 1931






REPUBLIQUE FRANÇAISE

Ministère du leurre



Madame, Monsieur,

Vous êtes très nombreux à être sensible à ce problème crucial qui nous touche tous de très près. Je veux parler du problème de l'heure.

Effectivement, n'avez-vous pas, vous aussi, à vos heures, souffert de ce problème. Je vous l'accorde, ces mauvais quarts d'heures sont de mauvais souvenirs, qui, j'espère ne se reproduiront plus grâce à la loi que je viens de faire voter pour abolir l’heure. Elle prend effet sur l'heure et je l’espère va remettre les pendules à l’heure.

  • Terminé les demandes d'heures intempestives dans la rue !
  • Terminé vos amis en retard à vos rendez-vous !
  • Terminée la fatale dernière heure !
  • Terminé les prises de tête à chercher midi à quatorze heures.
  • Terminé le guichetier qui n'est aimable qu'à ses heures.

Terminés, l'heure légale, l'heure d'été et l'heure d'hiver avec leurs changements, l'heure moyenne, l'heure H, l'heure vraie, l'heure GMT, la bonne heure, la petite heure, l'heure sainte, les heures qui n'en finissent plus, le réveil de bonne heure, et surtout, l'heure supplémentaire !

            TER-MI-NE !

Maintenant, à la bonne heure, tout ceci est terminé.

Mes chers concitoyens, l’heure est décisive, nous ne doutons pas que cette loi sonnera l’heure de gloire de notre mandat.


Bien cordialement.
Le Ministre de l'Heure.
FRANÇOIS MILHIET




samedi 26 octobre 2013

vendredi 25 octobre 2013

Une rue du New Jersey





une vieille photo retrouvée dans un livre. Parfois, ranger dérange, surtout à minuit passé, quand l'air est trop doux et que l'alcool ne titre qu'un haut degré de nostalgie...
 
 
minuit passé
mes pensées s'égarent
dans une rue du New Jersey

 
 
l'Atlantique
entre elle et moi
je ne sais pas nager

 
 
ma barque lentement dérive
sur le fleuve Amour
nuit d'octobre
 
 
 
Christian Cosberg