vendredi 28 juin 2013

Fantômes à vendre





Gustave Caillebotte





journée d'été
je remonte un chemin
plein de rires et d'éclaboussures




maison vide
mes doigts sur le piano
ne réveillent personne

me vient un petit air triste
comme un tombeau




maison à vendre
un jour le vieux piano
rejouera du jazz




Christian Cosberg



mercredi 26 juin 2013

HAÏKU PHOTONIQUE






haïku
le soleil couchant s'y met
lui aussi



Haïku photonique, photo et texte de Christian Cosberg





Haïsha publié également sur Haïshas Balades 

mardi 25 juin 2013

Festival Montpellier Danse 2013 : dites 33 et 34







 Comme chaque année depuis 1981 ce festival de danse nous fait découvrir des grands chorégraphes venus du monde entier, des cultures proches ou lointaines, des spectacles  d'inspiration traditionnelle et contemporaine qui, chacun à sa manière, nous transporte dans un territoire où les corps ont la parole.




Le programme : Montpellier Danse 2013

dimanche 23 juin 2013

Une envie de Chet Baker !





  Une envie de Chet Baker c'est irrésistible, alors qui y-a-t-il de mieux à faire que de s'y abandonner ! Il y a des dimanches lumineux qui appellent des musiques lumineuses, d'un raffinement et d'une sensibilité sans égale. Cette douceur, cette joie  traversée de  nostalgie, c'est la musique de Chet Baker, c'est son irrésitible beauté et son irrésible attrait...







jeudi 20 juin 2013

L'esprit du vent






du vagabond
qui passe
il reste l'esprit du vent




une voix monte
dans la nuit
comme un chemin oublié





petit matin
ramassant le linge
dans le souffle frais de l'orage





Christian Cosberg


lundi 17 juin 2013

La souris joue au chat










   C'était une grande et belle jeune femme de 16 ou 17 ans, je ne sais plus. Je travaillais à l'accueil d'un club de tennis et je l'ai vue se camper devant moi et, d'une voix douce un rien travaillée, me dire : "Je suis parfaite". En effet, elle l'était et son petit numéro aussi ! J'ai dû balbutier un "pardon" plein de trouble et d'interrogation ou alors un"oui" d'adhésion béate. D'adhésion, c'était bien ce dont j'allais m’occuper avec elle, exclusivement, elle voulait prendre un abonnement au club et son nom de famille était... "Parfait" ! 





trouble

devant moi
une Parfaite inconnue







Christian Cosberg

Publié conjointement dans Haïshas Balades

dimanche 16 juin 2013

Les Haïkus de Phil : Fortes chaleurs









millions d'étoiles
puissé-je en mettre une pincée
dans ma cuisine




fortes chaleurs
elle, sous mes caresses
un peu froide




mon chien 
sur les plants de concombre
ses jets d'urine




le chat
sur ma poitrine
une bonne partie de la nuit




chaleur
ventilateur et moustiquaire
font l'amour




Philippe Quinta



dimanche 9 juin 2013

Un souvenir en short





Outrenoir de Pierre Soulages





   Stade Philippidès*, arrêté au feu rouge, je me rappelle d'une cendrée perdue dans les années soixante-dix, je me rappelle de mon ami Pedro avec qui, après notre journée de travail, je faisais des tours de piste...



midi
surgit devant moi
un souvenir en short




retour du marché
du bonheur
dans une cagette





confiture de fraises
son odeur pavoise
dans le petit matin

 
Christian Cosberg
 
*Stade d'athlétisme à Montpellier



vendredi 7 juin 2013

Nuit de la kalachnikov : Christian Martel à Vauvert





Message de dernière minute j'en conviens.
J'expose avec un groupe autour du détournement d'objet, un motif un peu explosif "la Kalachnikov"
Pleins de déclinaisons seront présentées pour cette exposition sur un mode dérision.
Christian Martel
 
 
 
 


jeudi 6 juin 2013

Une oeuvre de l'ami Toshiro


Aïkikou, photo de Roger Amade





 Mon ami Toshiro, c'est Roger Amade avec qui j'écris des haïkus dans un groupe sur la toile. Roger, dont j'espère un de ces jours vous faire connaître les savoureux écrits, a aussi un talent d'artiste bâtisseur, il se coltine avec la matière et peut tout aussi bien construire un poulailler sur pilotis pour une voisine ou faire un "p'tit truc" pour son neveu...

 Je viens juste de finir un p'tit truc. Comme je le trouve assez réussi, je vous le montre! Pas frimeur, le gars!

Projet réalisé dans l'après-midi pour l'anniversaire de mon neveu,  3e dan d'aiki.
J'ai eu de petits déboires avec les pieds de tori (celui qui projette) pourtant acrobatiquement découpés mais qui ont cassé lors du perçage devant recevoir les broches de fixation de bambou du socle. 
J'ai dû me résoudre à les supprimer. 

Mais bon, le mouvement est là.


Données Techniques: 
Dessin récupéré sur Internet et vectorisé puis nettoyé et adapté.

Planchette de pin de récup' et bambou "brûlé" de trois ans gracieusement fourni par la Maison Pierre de Nautet-Sauternes, réputée, au plan européen (au moins!) pour l'excellence de sa production!  ;•)

Scie à chantourner Parside PDKS 120A2 (Lidl)
Lame Pégas® MGT2/0

Huiles de traitement: Dictum Gmbh


Haïkikou, de Roger Amade
Pour traiter les hakamas ("jupes") et les chevelures, j'ai utilisé un pigment noir en suspension alcoolique, "noir de vigne". Lorsqu'il a été sec, il s'est tranformé en poussière noire très tachante et il a fallu tout nettoyer à la brosse sèche "intelligemment" pour éviter la maculation des zones claires. L'huile a fixé le reste.
Première imprégnation (2 couches) avec huile de tung + térébenthine + huile de pavot. 
Couches de finition (2 couches): Huile de tung pure + huile de citron + choji (huile de clou de girofle).

Y'a rien de pire qu'un fainéant qui se met au travail! ;•)

Portez-vous BIEN!

Roger Amade

mercredi 5 juin 2013

Les haïkus de Phil : Réincarné en W








elle dort déjà~
mes mains
pleines de caresses


*


dans les champs
les coquelicots
battent en retraite


*


réincarné en W
le moucheron que j'écrase
sur la tablette


*


l'été arrive
sur trente melons
pas un de mauvais




Philippe Quinta


 

mardi 4 juin 2013

UNE JOIE TOUTE ROUGE






petit déjeuner
le soleil beurre
mes tartines



*



matin silencieux
ton absence
me cloue le bec



*



une joie toute rouge
dans les mains
deux poignées de cerises




Christian Cosberg



dimanche 2 juin 2013

Changement d'état, des tas de changements




*La porte du Paradis, Florence. Adam et Ève ( premier panneau ) de Lorenzo Ghiberti.




Nous n’arrêtons pas de sortir du Paradis. Nous répétons cet acte fondateur notre vie durant. C’est la pièce majeure de notre petit théâtre vivant. Mais quitter le Paradis est-ce sortir de l’age d’or ou de l’age qui dort ?

Et si cette sortie du Paradis symbolisait l’avènement de la conscience, l’éveil de la conscience, conscience de soi et conscience de l’autre, conscience du monde ? Le fruit défendu nous aurait-il vraiment ouvert les yeux ?
La conscience de soi, c’est l’irruption d’une connaissance fondamentale qui est le sentiment d’être. Dans la toute petite enfance nous sommes sans savoir qui nous sommes. Nous sommes sans le savoir.
Mais avec ce savoir, la conscience de soi fait subitement de nous un mystère pour nous même. Une question. Comme si, en découvrant que nous sommes un objet pour nous-même, nous nous perdions instantanément de vue.
 Et c’est peut-être bien ce qui arrive toujours : ce déchirement qui nous dédouble et nous rend orphelin de nous même. Cette conscience qui amène plus de questions que de réponses.

Mais allons plus loin. Et si sortir du Paradis c’était passer de l’indifférencié au différencié, du tout à l’un, si sortir du Paradis était le chemin de la vie qui croît, de la vie à qui perd gagne, la vie avec l’espérance des lendemains et de leur nouveauté mais aussi avec l’inquiétude de l’inconnu, la responsabilité du monde, du sien et des autres et la nostalgie des anciens jours, ces jours où tout nous était donné et rien ne reposait sur nos frêles épaules. Et si sortir du Paradis, avec l’avènement de la conscience de soi était bien ce poids que constitue la conscience de notre finitude, de la notre et de tous ceux que nous aimons. Si près de la source qui nous a mis au monde nous savons tout à coup que nous rejoindrons la mer, que nous nous y diluerons et que nous serons seuls face à ce changement. 


Christian Cosberg

CLIMAT NEOLIBERAL





CLIMAT NÉOLIBÉRAL
SUPPRESSION D'UNE SAISON SUR DEUX





Christian Cosberg



samedi 1 juin 2013