lundi 30 septembre 2013

L'alchimie du temps qui passe





cet air si doux
c'est la nuit
qui le fredonne...






poignée de dattes
mangées
au jour le jour






ses mots au téléphone
les trains déraillent
sans crier gare...






sommeil de plomb
ma nuit
en or




Chartres, labyrinthe





Christian Cosberg



mardi 24 septembre 2013

Mariés d'Equinoxe





Équinoxe ~
des vagues
dans le lit des mariés






tout l'été
encore
dans la nectarine






pleine lune
ma nuit
en miettes de tons blancs






bientôt midi
mon bock de bière mousse
comme marée d'équinoxe



 ♦



l'impeccable virage
d'une mouette
dans le jour qui monte

ah ! hisser la grand voile
et virer de bord...




Paul Signac







 Christian Cosberg 





 
 

dimanche 22 septembre 2013

samedi 21 septembre 2013

Les descendants de La Rochelle





   Une des plus belles chansons françaises, l'ami Félix Leclerc nous emporte avec Le tour de l'ile...











Ce qui à jamais nous échappe








Que veulent nos mensonges ?
Et que pouvons-nous empêcher...

Au plus loin dans la plaine,
on aperçoit des fiancés qui vont,
salive au vent, oreilles nues,
dans la franchise du soleil.

Être prêt, être loin, si peu qu'il vaille...
Sait-on bien qui l'on rencontre,
et qui se trouve bientôt à l'écart des chemins ?

Le mal d'enfance :
un mélange de sucre et de sel.
Les seins navrés de la mauvaise mère.

L'eau et la mort sont choses anciennes.
Quel que soit l'ordre du passage :
elles nous disent où il convient d'aller.

Des souvenirs inguéris frappent aux portes des songes.
L'amour que l'on donne peut-il être compris ?

Des triangles d'argile.
Des mots vêtus de bure.
L'offrande du fleuve à l'égard des vivants.

Le jour monte. La nuit tombe.
Lui est lisard. Elle, plutôt diseuse.

Quelque chose se souvient de ce qui à jamais nous échappe.
Toute mémoire tient de l'étreinte d'un cercle et d'une pesanteur.






Roch-Gérard Salager

Extrait de Peut-on vivre si loin...aux éditions La Dragonne





jeudi 19 septembre 2013

De l'or en barre





petit matin
mon quartier
riche comme Crésus




 
De l'or en barre, texte et photo de Christian Cosberg






samedi 14 septembre 2013

L'automne au goût de jujube






fin d'après-midi
l'envie de marcher
me fiche dehors






dan le vent
quelques mots jetés
par je ne sais qui

des rires lointains
peut-être bien du temps jadis






dans le vent du soir
déjà l'automne
et son goût de jujube






nuits de septembre
encore un peu d'été
dort dans la maison






baisers mouillés
la pluie
me fait du rentre-dedans






septembre
mes pensées n'attendent plus
que la vendange








Christian Cosberg

jeudi 12 septembre 2013

Traqueurs d'instant





comme le photographe
le haijin
capture l'instant présent





Traqueurs d'instant, texte et photo de François Milhiet







François Milhiet



mercredi 11 septembre 2013

Les haïkus de Phil : Vertiges








premières lueurs
le coq du voisin
ne les chante plus







vingt-huit ans après
oooooh qu'elle fait
me reconnaissant







première pluie 
la petite chatte
en revient outrée









vertiges -
à l'horizontale
le monde est droit









sans égard
l'orage
pour les figues mûres





Philippe Quinta





vendredi 6 septembre 2013

Si je pense à toi





j'ai toujours
vingt ans
au mois de septembre




Si je pense à toi, texte et photo de Christian Cosberg




 

mercredi 4 septembre 2013

Les haïkus de Phil : Rentrée des classes





rentrée des classes
une marionnette et hop
ils s'évadent







à l'écouter
je suis le plus beau maître
de la terre






Renan 5 ans
devant ses bonhommes
je m'incline






rentrée des classes
sur mon ventre rond
la fillette pose sa joue









Philippe Quinta


lundi 2 septembre 2013

Une soudaine envie de marcher






premier jour
devant moi la plaine
à perte de vue

tout ce chemin à faire
je relace mes souliers














en rafale - le vent
s'engouffre dans le feuillage
des micocouliers

le vent comme une soudaine
envie de parler

                                          








Christian Cosberg




dimanche 1 septembre 2013

Juan Tizol : Caravan se joue de l'espace et du temps





   Caravan, la bien nommée et légendaire composition de Juan Tizol créée en 1937 lors de sa collaboration avec The Duke Ellington's Orchestra, se joue du temps comme de l'espace, toujours en mouvement, elle passe par ici et repassera par là...déjà 76 ans que ses sonorités et son thème entêtant n'en  finissent pas  de titiller nos oreilles...