samedi 21 septembre 2013

Ce qui à jamais nous échappe








Que veulent nos mensonges ?
Et que pouvons-nous empêcher...

Au plus loin dans la plaine,
on aperçoit des fiancés qui vont,
salive au vent, oreilles nues,
dans la franchise du soleil.

Être prêt, être loin, si peu qu'il vaille...
Sait-on bien qui l'on rencontre,
et qui se trouve bientôt à l'écart des chemins ?

Le mal d'enfance :
un mélange de sucre et de sel.
Les seins navrés de la mauvaise mère.

L'eau et la mort sont choses anciennes.
Quel que soit l'ordre du passage :
elles nous disent où il convient d'aller.

Des souvenirs inguéris frappent aux portes des songes.
L'amour que l'on donne peut-il être compris ?

Des triangles d'argile.
Des mots vêtus de bure.
L'offrande du fleuve à l'égard des vivants.

Le jour monte. La nuit tombe.
Lui est lisard. Elle, plutôt diseuse.

Quelque chose se souvient de ce qui à jamais nous échappe.
Toute mémoire tient de l'étreinte d'un cercle et d'une pesanteur.






Roch-Gérard Salager

Extrait de Peut-on vivre si loin...aux éditions La Dragonne





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire