jeudi 31 octobre 2013

La grâce du peu





   L'informel fut-il bordé de signes...
   Et ce froid permanent dans le berceau des choses.
   Aussi, par le jeu, les jeunes morts lancent-ils des cerceaux dans le ciel...
   A l'instant où un étranger aima une passante.

   Mais avant de fabriquer une nouvelle langue,
   longtemps, n'aurait-il pas mieux valu chanter...

   A lui seul le silence requalifie les formes dans le dépassement des nombres et la grâce du peu.




Roch-Gérard Salager
Extrait de Peut-on vivre si loin...aux éditions La Dragonne


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire