mercredi 5 février 2014

Les longs cheveux de ma fille





  
Jian Chongmin



deux éternuements 
sur le petit jour -
la maison se réveille




*





la table dressée dehors
le vent de janvier aussitôt
la débarrasse



*



fin du premier mois -
le vieil homme plaint
les bourgeons éclos



*



le volet grince et claque
il est temps de quitter le lit



*



vieillissant 
j'habite mon souffle
de mieux en mieux



*


douces
ces petites éternités
matinales


 *




jamais coiffés pareils
les longs cheveux 
de ma fille



*



 l'ami c'est celui
dont la silhouette lointaine
déjà vous fait du bien






Philippe Quinta

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire