dimanche 31 août 2014

UNE RUE DU NEW JERSEY





Arte - Edward Hopper réenchanté en 8 cout-métrages





 
Une vieille photo retrouvée dans un livre. Parfois, ranger dérange, surtout à minuit passé, quand l'air est trop doux et que l'alcool ne titre qu'un haut degré de nostalgie...


 
minuit passé
mes pensées s'égarent
dans une rue du New Jersey

 
l'Atlantique
entre elle et moi
je ne sais pas nager

 
ma barque lentement dérive
sur le fleuve Amour
nuit d'octobre


*



soudain elle est là
cascade de cheveux blonds
qui me frôle


plein soleil
épices et foins coupés
comme une envie d’été



ciel d'orage
un coup porté très haut
tes yeux dans les miens


*



une voix monte
dans la nuit
comme un chemin oublié


en moi
une nuit d’été
qui ne veut pas mourir





Christian Cosberg



2 commentaires:

  1. jean-marie Frappereau18 mars 2014 à 16:05

    Si ce n'est pas de la POESIE , DIEU QUE CELA LUI RESSEMBLE!!!!

    RépondreSupprimer