vendredi 22 août 2014

AU-DELÀ DU COUCHANT









Jack Vettriano - Les excentriques











dans les arbres
ce vent qui pousse le regard

vers les cimes




*



solstice d'été -
des échancrures dans le ciel

et dans les robes




*



solstice d'été -
au delà du couchant
tout se consume




*




solstice d'été -
le goût retrouvé
des cerises




*



elles poussent aussi
sur les voies du RER
les fleurs sauvages




*



croiser à la suite
un bleuet et un sourire
- matin de juillet




*



soir de match
seul au fond du jardin
un ballon




*



après l'orage
l'arc-en-ciel et son double
- la lande si calme




*



gare de Lyon
devant le train bleu
j'attends




*



petit matin
entre brume et océan
un homme debout




*


Vincent Bioulès - L'allée des béas




sieste à l'ombre
seul le pinson des arbres
chante encore




*



jour finissant -
derrière la moissonneuse
les étourneaux




*





nuit d'été
il m'a piqué le sommeil
le moustique




*

 

une ride de vent
sur mon bol de café
le jour se lève




*



juste le temps
de l'apercevoir
la lune d'août




*
 

expo photo -
le trouble de son reflet
dans la vitre




*



l'ombre
dans le silence de midi
immobile




*



ciel de traîne -
d'arbre en arbre les oiseaux
se dépêchent




*





à cru
sur le cheval rouge
- le vent




*



au bord de l'étang
le silence d'une libellule -
pas même une grenouille




*



Perséides -
les nuages filent
vers la nuit




*



avec leurs cannes
ils marchent main dans la main
ces vieux qui s'aiment




*



montagne bleue -
deux bols de thé réchauffent
la mi-août







Philippe Ambroise






3 commentaires:

  1. Ces poésies brèves, ces petites notes du quotidien, par petites touches, un tableau se dessine et il est très agréable à contempler. Bravo monsieur Ambroise Et e découvre avec plaisir ce très beau blog que je m'en vais explorer...
    Raoul thiéblain

    RépondreSupprimer
  2. Monique Junchat18 mai 2015 à 19:33

    Tellement doux, calme et profond, à lire et relire pour se faire du bien, merci Philippe

    RépondreSupprimer
  3. Monique Junchat18 mai 2015 à 19:35

    si doux, calme et profond, à lire et relire pour se faire du bien, merci Philippe!

    RépondreSupprimer