samedi 30 août 2014

AU FOND DU JARDIN





Robert Vickrey




 
en robe vichy
ma petite fille assise
face à l'océan



*


premières lueurs
l’oiseau chante le code
du jour



*


oh ! le silence
une fois
la mouche sortie



*


sieste
sur la pierre
encerclé d’alouettes



*


entre les deux fenêtres
de la ruine
le vent



*


cris de corneilles
combien sommes-nous
à les écouter ?



*


dans le tiroir
à tapettes
le nid du mulot



*


présente
dans chaque seconde
la femme absente



*



le facteur
vient de glisser Baudelaire
dans ma boîte



* * *



au fond du jardin
plus près des papillons
que des hommes



*


au fond du jardin
l'écureuil
ne me craint plus



*


au fond du jardin
la fauvette
chante pour moi



*


au fond du jardin
le bruit
ne chasse plus le rêve



*


au fond du jardin
je coule
comme une source



* * *



retraité d'Air France
dans son petit jardin
sous les avions qui passent



*


nuit d'été
le petit vieux
cherche sa Grande Ourse



*


papy
un bonbon dans chaque poing -
quelle main ?



*


moi jeune -
tellement de poussières
sur la photo !



*


vent de mer
trop vieux pour courir
après son chapeau



*


depuis ce matin
pluie diluvienne-
j'habite sous l'eau



*


la lune
ce soir
a pris du ventre



*


chaque jour
un poète
m'accompagne



*


nuage noir
mais le vent est là
qui pousse



*


paumes sur mon thé -
souvenir
d'un corps d'oiseau



*


appuyé au balcon
la forêt
vient me voir






Gilles Brulet



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire