mardi 5 août 2014

PLAGE DE MAGUELONE





Jack Vettriano - Beach Lovers






plage de Maguelone*
deux filles l’une à poil
l’autre épilée


*
 

à la météo :
« mer ridée à belle»
c’est tout toi dit elle


*
 

premier juillet
laisser notre moi dans l’ombre…
moi le premier


*
 

nuit agitée...
les bas de pyjama
au fond du lit


*
 

chaleur étouffante :
seules les robes d’été
ont l’air comme il faut


*
 

plage de Maguelone
j’ai aussi vu la couleur
de ses yeux


*
 

quelle chaleur !
même en robe d’été
plus un poil de sec


*
 

pluie sur le chemin
lumineux chaque matin
elle est sourire


*
 

cheveux blancs…
de plus en plus claire
sa blondeur


*
 

plage de Maguelone…
au soleil elle se fend
d’une origine


*


plage de Maguelone
une femme mystérieuse
en maillot


*
 

monde courbé
son corps allongé à l’origine
d’une droite


*
 

deux heures à tuer
le temps mort à la vie dure
sans elle



* * *



retour en montagne
pour les animaux les intrus
sont de retour


*
 

retour en montagne
les cris des geais remplacent
les klaxons
le clair de lune remplace
rien


*
 

le temps qui passe…
c’était mieux dans le temps
dit il en passant


*
 


pause sur le chemin
le rossignol nous empêche
de repartir


*
 

en visite
au petit cimetière :
il reste des places


*
 

le gout du thé
les bols à thé tout dégoûtés
après la pluie


*
 

heureux celui qui
se contente d’une fleur
le ciel n’est pas loin
heureux comme un scarabée
dans le calice d’un lys


*
 

chapelle perchée
des intrus entrent et referment
le silence


*
 

tous deux au ruisseau :
c’est beau se dit il
un corps de femme





André Cayrel 

* Plage naturiste



 

2 commentaires:

  1. Très fort ce Monsieur André CAYREL que je lis régulièrement sur un haïku par jour, il fait mouche à chaque mot
    Nomade

    RépondreSupprimer
  2. très belle suite, oui ! du talent et beaucoup de malice dans les yeux !!

    RépondreSupprimer