dimanche 24 août 2014

SUR LE BATTANT DE BRONZE





Jack Vettriano - Yestedays Dreams






finale du Mondial -
plus ronde que d'habitude
la lune du retour



*



la lune s’arrête
juste au-dessus des toits -
je rentre seule



*



dans un quart de tour
elle inondera mon oreiller -
veiller sans bruit



*



le chat en boule
tout prés de ma tête -
la nuit se fait rondeurs



*



ta lumière au moins
pouvoir la regarder en face -
compagne de mes silences



*



bientôt
cette heure
de tous les possibles...



*



juste avant l'aube
chut
un train lointain



*



une auto solitaire
et là-bas
ce doit être la mer



* * *



Tamise à marée basse
aux galets d’amertume
le sable de l’oubli



*



lentement
de sa clairière de brume
pour un instant la lune



*



douleurs au réveil -
l’aquarelle de l’aurore
s’étire de la nuit



* * *



tuiles romaines -
le couchant emmielle plus encore
les façades de pisé



*



déracinée -
être de nulle part pourtant
partout y être bien



*



patois perdu -
les rides de grand-mère dans
un sourire du Rajasthan




* * *



l’avant goût
d’un bouquet pour demain
renouée des oiseaux



*



si humble
l’auréole du plantain
la regarder encore



*



chemin de halage
au lieu des chevaux d’antan
des cyclistes en lycra



*



ce coin prés du pub
avec bleuets et coquelicots
on l’a semé c’est sûr



*



des valérianes !
cette fois je me souviens
même de leur nom



*



déjà mûres
les mûres de cette année !
canicule de Juillet



*



escalier vers la rue
une poignée de noisettes
dans le sac


* * *


matin paresseux
remettre le dehors
à l’intérieur de soi



*



cloche au repos
sur le battant de bronze
l’heure a sonné











Sprite London




2 commentaires: