samedi 24 janvier 2015

NUIT INDIGO




Vincent Van Gogh - La nuit étoilée






sous le ciel gris…
la maison éclairée
d’un coup de balai




*



sans grande exigence
elle pousse elle pousse
— la rose trémière



*



des sommets
des ondées inondent la torpeur
... trompant l'impatience



*



soir de juillet —
les oiseaux se sont tus
au son des cordes



*



mi-juillet —
l'absence résonne au doux clapotis
de la fontaine



*



fin juillet —
transpercée de chèvrefeuille
la glycine refleurit



*



averse orageuse -
face au champs de maïs
le blé s'incline



*



matins radieux —
au rire des enfants
le bonheur des grands



*



réminiscences...
auréolée de brume
la nuit complice



*

 

rires surannés —
sur la terrasse le silence
des mêmes étoiles



*

 

fin du repas —
l'I-phone remplace
les petites cuillères



*

 

dans l'au-revoir
des brèches clandestines ...
la lune est pleine



* * *



le long de l'allée
barbouillés d'automne
les marronniers



*



martelées ...
les hortensias trémulent
sous la grêle



*



le nez au carreau —
cinglante l'averse de grêle
gifle les fenêtres



*



pause midi —
sur le banc à mes côtés
le soleil à table



*



sous la treille
la grappe fumante
le lustre vacille



*



mi septembre
les trottoirs fument
sous la pluie



*



face à lui
le haïku gagne
en densité



*



lumières d'automne —
la casserole farcie
de couleurs d'été



***



à petit feu
l'été exhale ses effluves
— premières fraîcheurs



***



début d'automne
dans la marmite mijote
... tout un été



*




goutte à goutte
à travers l'étamine
l'automne caillebotte



*



bruit de la fontaine
le silence d'une feuille
se détache



*



soleil d'automne —
comme la mouche d'hiver je suis
la lumière chaude



*



chiné pour l'ami
quelques pivoines fanées
sur papier de riz



*



entre chien et loup
croisant mes phares soudain
... un renard



*



nuit indigo —
son éclat lacté éclipse
les étoiles



***



nuit indigo
ronde et pleine elle se répand
sur ma couette d'hiver



***



nuit indigo —
le clair de lune éparpille
mes derniers doutes





Armen Lib S-Lou

 


4 commentaires:

  1. Superbes tous, quel talent et si bien mis en valeur, c'est beau!
    Monique J

    RépondreSupprimer
  2. "soir de juillet —
    les oiseaux se sont tus
    au son des cordes"
    => je le relis en boucle en pensant à l'été ! j'aime beaucoup

    très belle suite qui donne envie d'en lire tant d'autres...toujours très douée !! :-)

    RépondreSupprimer
  3. Tu peux me rappeler le nom de l'auteur ?
    Nomade

    RépondreSupprimer