mardi 17 mars 2015

CARTE AU TRÉSOR




Hugo Pratt





passage piéton
je cueille son sourire
et sa main levée



*



endormi
sur l'étagère
ce vieux dimanche



*



minuit passé
embrassé
de silence



*



ce chemin
qui ne mène nulle part
sinon au cœur des choses



*



nuit d'hiver
île neige
quelques blancs souvenirs...



*



désert
peut-être une fatwa
contre la pluie



*



dans son long sommeil
pour sûr que le grand chêne rêve
de feuilles et de vent



*



vite, vite
que l'hiver trépasse
embaumé de fleurs



*



vite, vite
des robes légères
des vagues et des dunes



*



passe-partout
son sourire ouvre
toutes les portes

 

*



croissant de lune
le chat espère
des miettes



*
 


tête à tête
un reste de spaghetti
et un mille-pattes



*



cette joie qui sautille
entre les voitures
deux moineaux



*



ciel blanc
pour l'heure il ne neige
que du silence
 


*



midi
l'hiver dévore
sa propre lumière



*



nuit d'hiver
les torgnoles
du grand vent



*



bien sûr la neige
mais les champs de fleurs
ah, les champs de fleurs !



*



mon pays
une croûte de sel
sur la peau des filles



*



dans le tram
deux inconnus
fesse à fesse



*



nuit noire
le plus court chemin
vers l'inconnu



*



sur l’auvent
la pluie joue
au télégraphe



*



nuit d'été
son chemisier ne tient plus
que par deux boutons de fièvre



*



grenier
une machine
à remonter le temps



*



avec la fille qui passe
nos sourires se marient
sans faire de petits



*



ah, cette femme !
l'apprendre
dans mes bras...



*



carte au trésor
ses grains de beauté
pour tout chemin



*



un fruit rouge
sur la fille au teint
de lune



*



à l'assaut de l'hiver
quelques bataillons
de pâquerettes



*



brasserie ~
toute une soirée à mettre
l'hiver en bière



*



tomates-cerises
le kigo
mangé à l'apéritif



*



de nos rires
plus aucune trace
coup de vent



*



le nez
dans ses cheveux
au tout début du voyage





Christian Cosberg

 

6 commentaires: