lundi 17 août 2015

COLLECTION D'ÉTÉ





Nataliya Corfu-Ivanyuk   







torse nu
la voisine épingle son linge
et mon regard






*



face aux étoiles
la montagne toute armée
de sapins noirs






*



jardin en friche
un vieux silence
monte dans les saules





*



sa mémoire
un vieux château
farci d'oubliettes




*


matin d'été
notre rendez-vous
sur une place fraîche




*



ce matin
le silence des oiseaux
comme s'ils savaient...




*




dernières lueurs
le cul blanc d'un lapin
qui détale




*






la vie
c'est simple
c'est toujours compliqué



*





elle me promet
des nuits de braise
miss météo



*





feu d'artifice
le silence
en bouquet final



*





vite vite
un faiseur de pluie
~ le pommeau de douche



*





fin d"après-midi
le vent parle
à ma place



*





cette fille
une forêt
dans le vent



*





dans ses yeux
soudain
l'écho d'un jour de pluie



*





accordéon
dans la boîte à gants, la France
repliée sur elle-même
 



*




premier d'août
l'été enfile
un petit gilet gris



*





jours de pluie
une enfilade de portes entrebâillées
sur nous-mêmes



*





une poignée de mûres
l'offrande du roncier
longtemps entre mes dents



*





minuit
encore une fois
le silence
comme une porte
qui s'ouvre



*





de la poussière et des cailloux
hier encore mon chemin
était une rivière



*





je ne sais pas

où mes pas me mènent

l’envol des tourterelles



*




une petite île
au fond de ma tasse
dehors, l'odeur de d'automne



*





un jour, jeune, l'autre, vieux
je ne sais jamais
l'âge que j'ai









nuit d'août
le vent dans les arbres
nous invente un bord de mer



*





mon chemin

c’est le matin blanc qui descend

dans la plaine



*





nuit d'été
posée sur le pin parasol
une nichée d'étoiles



*





Moby Dick
entre ses pages
un poisson d'argent



*





jour d'orage
tout ce qu'il reste de lumière
dans la cage du canari






Christian Cosberg


12 commentaires: