dimanche 25 octobre 2015

MIDI AU SOLEIL - SARAH MASSELINK



Cannaday Chapman - In my bed





ils ferment la maison -
dans le jardin
la première feuille morte



*



maison natale -
l'escalier ne grince plus
pareil



*



enfant malade -
la nuit la plus longue
plus longue encore



*



réveillée avant l'aube -
la nuit la plus longue
trop courte



*



les rois au marché :
fraises, abricots et prunes
... et navets



*



maison natale -
regarder ma fille
faire ses souvenirs



*



matin d'automne -
ma fille saute
sur le lit où je suis née



*



ma fille
chez elle
dans une autre langue



*



sous la neige
partent les bennes
- la ferme de papi



*



il ne reste que les murs
à côté du bulldozer
- la ferme de papi



*



randonnée en mars -
partout elle cherche
les couleurs cachées



*



seule dans ce quartier bétonné -
la splendeur
du magnolia en fleur



*



fin de vacances -
elle me montre
une feuille qui vole


*


le vent frais
sur son chocolat chaud
- matin de rentrée



*



le ciel gorgé d'orages -
gris de joie
on arrose



*



livres, vieilles maisons
du vert, des verres et livres encore
dans tous mes chez moi
savent-ils à quel point
je leur ressemble ?



*



dur dur le weekend -
à sa salade elle rajoute
des lardons



*



premier moustique ...
impossible
d'ouvrir l'œil



*



ils tournent en rond
en attendant son réveil -
les œufs cachés



*



midi au soleil -
toute fière elle me montre
le fleurier




*



d'une fenêtre
les nuages noirs
de l'autre les roses



*



de parking en parking
pour cueillir son bouquet
de pissenlit



*



comparant ses carnets
il attend -
fleurs de magnolia



*



la fin de l'hiver ? 
les grosses lèvres pourpres
d'une fleur, enfin



*



ciel d'avril
toutes les nuances de gris
et les cerisiers



*



soleil sur l'écran -
mamie et papi
invisible



*



nuit d'hiver -
seule
avec un bisou numérique



*



Main dans la main
Mettre pied
Sur son île natale



*



l'heure du dodo -
"Silence maintenant !"
hurle-t-il



*



Saint-Nicolas -
le blues
pour unique cadeau



*



Fête des lumières -
la pleine lune
éclipsée



*



pluie de novembre -
le long du tramway
un coquelicot



*



triste armistice -
pour honorer les morts
ils font leur shopping



*



le temps d'une chanson,
les mamies descendent
deux cafés serrés


*



goûter solitaire -
bien au chaud il commande
un mojito


*



l'heure du goûter -
les cuistots avalent
leurs bavettes


*



pause pipi -
toujours au café de la place
trois heures plus tard


*



soleil d'automne - 
sur le balcon sèchent linge 
et champignons



*



match de foot - 
les coups francs
de mon bébé



*



jour de la libération -
elle joue au foot
en voile intégral



*



du pays
ce qui manque le plus
la table de la cuisine



*



soleil timide -
les clémentines ont un goût
de fin d'hiver



*



l'orage approche -
quatre moineaux s'engueulent
sous la voiture





Sarah Masselink



lundi 5 octobre 2015

LE DERNIER VERRE DE SAKÉ - CHRISTIAN COSBERG




Tsuchiya Koitsu






aigre-doux
son tête à tête
avec un cornichon



*



chaleur
l'après-midi
se déboutonne



*



coup de vent
mon ombre mise
à la porte



*



pas de barrière
la maison n'est gardée
que par des fleurs



*



ancienne voie ferrée
une sorte d'attente
habite son chemin



*



sortie du Casino
pour pas un rond
la pleine lune



*



ikea
pour le prix d'un meuble
un casse-tête chinois



*



entre deux catastrophes
la douceur de quelques grains
de muscat



*



radio éteinte
le chant des oiseaux parle
d'un autre matin



*



rentrée
l'envie de ne pas descendre
du train



*



quelques jours
à piétiner au bord
de moi-même



*



nuits de septembre
l'été découche
de plus en plus souvent



*



tous ces chemins
ne mènent qu'à toi
petite colline



*



plainte lugubre
ma vieille porte et sa voix
de tragédienne



*



septembre
une cagette de raisin posée
sur la table



*



au bord du champ
des caisses remplies de pommes
le bruit d'un tracteur



*



nuages lourds
la ville silencieuse
attend



*



un reste de lumière
accroché dans les grands pins
tout est silence



*



à l'ouest
entre deux averses
une confiture de roses



*



septembre
toutes les nuits à discuter
avec l'automne



*



matin clair
encore trop d'immeubles
autour de moi



*



faire de vieux os
une ambition
de squelette



*



après la pluie
le figuier m'offre un délice
au milieu du vent



*



sur le chemin
suivi par un nuage
de moucherons



*



ciel d'ardoise
le couvreur a travaillé
toute la nuit



*



fondue de gris
le ciel et l'été passent
à la casserole



*



quelques pas
dans l'odeur vivante
de la nuit qui vient



*



minuit
même le silence
a quelque chose à dire



*



thé vert
j'aime qu'il me menthe



*



lune rousse
je n’aurais caressé
que le chat du parking



*



deux grandes oreilles
émergeant de la brume
le jour se lièvre...



*



cette vieille histoire
que murmurent la pluie et le vent...
nuit d'automne



*



sofa
parfois je meuble
le silence



*



pluie fine d’octobre
le dernier verre de saké bu
à toutes petites gorgées







Christian Cosberg