jeudi 26 novembre 2015

JUSTE LA DOUCEUR DU VENT - CHRISTIAN COSBERG





Cathy Scotto





brumes d'octobre
la vallée toujours
en pyjama
.
.
.

*
.
.
.

il pleut
depuis des mois et des mois
aidez-moi, aidez-moi...
.
.
.

*
.
.
.

bois de pins ~
ensemble quelques pas
vers la mer
.
.
.

*
.
.
.

11 degrés
vent et soleil
le temps sur ses deux jambes
.
.
.

*
.
.
.

premiers froids
consolé par une part
de tarte tatin
.
.
.

*
.
.
.

premiers froids
la soupe de potiron trouve
les mots justes
.
.
.

*
.
.
.

Water Music
de Haendel
envie de bisser...
.
.
.
*
.
.
.

nuit d'octobre
un reste de chaleur triangule
ma joie
.
.
.

*
.
.
.

maison hantée
y a-t-il un impôt
sur les revenants ?
.
.
.

*
.
.
.

quelques pas ensemble
à se sourire sans rien attendre
puisque tout est là
.
.
.

*
.
.
.

petite pluie
plus matinale
que moi
.
.
.

*
.
.
.

au coucher
surtout ne pas lire des histoires
à dormir debout
.
.
.

*
.
.
.

toutes lumières éteintes
mon ombre  enfin
retourne dans sa famille
.
.
.

*
.
.
.

petite colline
adossé à
une chapelle d'herbes
.
.
.

*
.
.
.

juste ça
le velours de sa bouche
dans mon cou
.
.
.

*
.
.
.

remboursez
elle a pris un coup de vieux
mon heure de printemps
.
.
.

*
.
.
.
bassin aux colverts
la toute petite halte
d’un col blanc
.
.
.

*
.
.
.

nuit sans étoiles
le vieux jardinier pioche
dans ses souvenirs
.
.
.

*
.
.
.

vieille grange
je me rappelle de son grand
soleil de paille
.
.
.

*
.
.
.

Toussaint 
que des revenants
sur la tombe des morts
.
.
.

*
.
.
.

le spectacle ne vaut pas un clou
je me retire
sur la pointe des pieds
.
.
.

*
.
.
.
rosée de novembre
je surprends le champ
en pleine toilette
.
.
.

*
.
.
.

strip-tease
bientôt la forêt s'offrira nue
aux bras de l'hiver
.
.
.

*
.
.
.

ciel gris
la pluie chemine
jusque dans les têtes
.
.
.

*
.
.
.

2000 euros
le sac à main
mais dans quel monde Vuitton ?
.
.
.

*
.
.
.

c'est la nuit
que je cherche au fond du jardin
soir d'automne
.
.
.

*
.
.
.

cachés dans le silence
les rires
d'un vieux soir de fête
.
.
.

*
.
.
.

ce matin
la douceur du vent
ne dit rien du sang versé
rien de la neige
rien d'hier et de demain

ce matin
juste la douceur
du vent




Christian Cosberg



12 commentaires:

  1. Toujours remarquable. Et d'un tel discernement ... Merci, amigo.

    RépondreSupprimer
  2. Tes haïkus sont d'une finesse et d'une telle beauté. Je les aime tous: cela commence bien ma journée. Il fait bon en ta compagnie de haïjin. Lise O.

    RépondreSupprimer
  3. Difficile de choisir, chaque haiku touche une fibre en nous...
    Plaisir de les relire encore.
    Marlene

    RépondreSupprimer
  4. C'est bon, c'est goutu et savoureux, le rire vient, l'émotion se transmet, subtile, tout simplement . . . !

    RépondreSupprimer
  5. j'aime beaucoup le senryu "sur le pointe des pieds" c'est, pour moi, le clou du spectacle.
    Bravo !

    RépondreSupprimer