vendredi 13 novembre 2015

LA MESSE DES OISEAUX



Itsuko Suzuki






Le coq sacrifié
son cou tranché
treize veuves



*



Il m'aborde au café:
encore cette peur
de plaire !



*



Vase bleu profond
morceau de nuit
dans la maison éblouie



*



Apéro
Je suis à deux pâtés
de canard de chez toi



*



Même les pivoines
finissent
par baisser la tête



*



Câlin de mes chats
Autour de mon cou
leur collier de pattes.



*



Quelques gouttes
d'été
sous les aisselles



*



Carnet rose
ce matin j'ai accouché
d'un hortensia



*



Mes fleurs
courtisées par les insectes
se réveillent avec le bourdon



*



Journée rando:
Envoyer balader
tout le monde



*



Des pansements
et des poèmes
dans ma boite à pharmacie



*



Courant d'air
juste pour appeler
la poule sur ma chair



*



Ni maquillage
ni coiffure
laisser affleurer son âme.



*



Canicule
le linge étendu
fume comme un encensoir



*



La mante religieuse
a pris mon chemisier
pour une chapelle



*



Rangés sagement
au pied de mon lit:
mes chats et mes pantoufles



*



Orage diluvien
le cactus transformé
en vieil oursin



*



Fessée
Le fouet de la pluie claque
le cul fumant du bitume



*



Attendre dix personnes
et être encore seule
quelques instants



*



Ciel laiteux
Ne pas sortir
avec mon café noir



*



Il conduit d'une main
et de l'autre
il ne conduit pas...



*



Dans son lit d'enfant
un bébé
d'un mètre quatre vingt dix



*



Petit matin sourire
Mon bébé de vingt trois ans
à bien dormi



*



Dans l'âme liquide
d'une flaque
se regarder



*



La nuit me démaquille
Je vais rouler ma lune
dans des draps de soir



*



Centenaire
les bougies
dévorent le gâteau



*



Je ne parlerai
qu'en présence d'un avocat
mayonnaise.



*



Dans ce ciel
tout bleu
rien.



*



Saint Rémy
Le chaudron des ruelles
cuit ses premiers touristes



*




Ballade à vélo
la libellule me dépasse
dans un bruit de moteur



*



Déjà couché avec lui
alors au resto
je dois payer ma part.



*



Sous la paille
de son chapeau
la lande de ses pensées



*



Dans ma tête
ou entre mes cuisses
un vélo.



*



Soirée d'août
une petite fraîcheur
marche sur mes épaules



*



Réveil tendre
Après une chaude nuit
le thé à l'amante



*



Aurore végétale ~
Dans le jardin fleuri
les loups ouvrent leur gueule



*



Dimanche ~
La messe des oiseaux
dans la nef du platane



*


Vieux platane ~
Une classe d'oisillons
redouble de piaillements



*



Vingt trois heures ~
Dans la nuit on entend
plusieurs silences



*



Ciel bas ~
L'escargot se sent
pousser des ailes



*



Idée de cadeau ~
Offrir à des bijoux 
un visage de femme




Pascale Dehoux 



3 commentaires:

  1. elle sait se faire aimer cette ribambelle de haïkus !

    RépondreSupprimer
  2. j'aime beaucoup, très vif! bravo

    RépondreSupprimer
  3. Comme c'est joli et j'aime surtout le premier et celui qui parle d'aisselles. Félicitations!

    RépondreSupprimer